Bienvenue au SPSE

Service de Promotion de la Santé à l'École situé à Strépy-Bracquegnies

Comprendre et prévenir les comportements à risque chez les jeunes

Pour les spécialistes, « avoir des comportements à risque » signifie agir d’une manière  susceptible d'entraîner des effets dangereux (accident, altération de sa santé, de son avenir...), tant pour le jeune lui-même  que  pour les autres (copains, familles,...). Certains comportements  peuvent être caractérisés de déviance sociale, mais aussi constituer une infraction à la loi, des inadaptations à la vie scolaire, des difficultés d’intégration sociale...

Les comportements considérés comme « à risque » chez les jeunes sont les suivants :

  • l'usage de substances psychoactives licites ou illicites: alcool, tabac, cannabis…
  • La violence, qu'elle soit dirigée contre soi ou les autres
  • les comportements dangereux sur la route
  • les pratiques sportives à risque
  • les comportements sexuels à risque (Infection sexuellement transmissible (IST), grossesse non désirée)

Les comportements à risque peuvent se manifester dans la durée, s'instaurer en mode de vie et devenir comme une addiction (besoin de sensations fortes), d'autres seront des passages à l'acte ou des tentatives uniques liées aux circonstances (influence du groupe, action sous l’emprise de l’alcool).

Pourquoi les jeunes ont–ils des comportements à risque ?

La prise de risque et l’essai de nouvelles sensations font partie du développement de tout enfant, cela accompagne la recherche de l’indépendance et de l’autonomie.

Les adolescents privilégient la satisfaction immédiate et les bénéfices à court terme. Pour eux, la santé et la sécurité ne sont pas vues comme des biens à préserver .Les conséquences négatives de leurs comportements sur leur santé à long terme ne sont pas importants.

Le développement du cerveau étant encore  immature, les jeunes éprouvent plus de mal à contrôler certaines réactions.  Lorsqu’ils comprennent qu’ils ne tirent pas un bénéfice suffisant par rapport au risque encouru ils peuvent adapter leur comportement pour la prochaine expérience du même type.

Les relations influencent chaque individu et les individus influencent les autres et le réseau social dans lequel ils évoluent. Les jeunes sont donc influencés par les personnes avec qui ils vivent et qu’ils rencontrent. Ils peuvent être influencés positivement et négativement. Au moment de l’adolescence, le groupe de pairs (ces « autres ») peut exercer une grande influence sur les jeunes. Les adolescents qui ont un grand besoin de reconnaissance et d’estime d’eux-mêmes vont adopter certains comportements à risque : fumer une cigarette ou un joint permet parfois une plus grande intégration au sein du groupe de copains.

La famille influence aussi les comportements des enfants et des jeunes. En tant que parents, il est important d’être attentif à ses propres comportements afin que ceux-ci soient en adéquation avec le message à transmettre. Prenons l’exemple de la conduite automobile. Jusqu’à ce qu’il puisse lui-même tenir le volant, l’enfant sera passager du véhicule de ses parents. Durant tout ce temps, il aura observé et assimilé ce que ses parents font derrière le volant. Une fois devenu lui-même automobiliste, il y a une forte chance  qu’il reproduise les comportements dont il a été le témoin : téléphoner en conduisant, attacher sa ceinture de sécurité, rouler à vitesse excessive, manquer de courtoisie, insulter les autres usagers de la route, conduire en état d’ébriété…

Comment accompagner les enfants et les jeunes à prendre soin d’eux-mêmes et à gérer les risques?

  • Etre à l’écoute et disponible pour aborder avec son enfant et/ou son adolescent tous les sujets de la vie sans tabou ni jugement (vie affective et sexuelle, les consommations à risque (alcool, tabac et autres drogues), les relations avec les copains
  • Transmettre son expérience
  • Repérer les signaux de détresse et l’aider à exprimer ses émotions et ses difficultés
  • Renforcer ses capacités à faire des choix autonomes
  • L’aider à résoudre ses problèmes par la recherche de diverses solutions et à faire le choix d’une solution qui sera bonne pour lui, qui ne fera de mal aux autres et qui améliorera la situation
  • Poser des limites et apprendre à respecter les les normes et les règles de sécurité
  • L’aider à communiquer sans violence
  • Lui apprendre à demander de l’aide à une personne de confiance
  • En tant que parent, ne pas rester seul face à des difficultés importantes, savoir demander de l’aide
Pour en savoir plus

Etre Parent : http://www.yapaka.be/files/campagne/Parent_Ado_leger.pdf

Vie affective et sexuelle : consulter les centres de planning familial. Il en existe dans toutes les régions

Consommation de tabac : Fares http://www.fares.be/fr/

Consommation d’alcool et autres drogues : http://www.infordrogues.be/

Difficultés scolaires : contacter le Centre psychomédicosocial dont dépend l’école